"L'hiver arrive"

 

J’écoutais la radio BBC l'autre jour, et il y avait une discussion avec une scientifique au sujet de la façon dont l’augmentation du CO2 dans l'atmosphère terrestre menait au réchauffement global. Elle comparait la teneur moyenne actuelle de plus de 400 ppm à celle pendant la dernière période glaciaire, d'environ 240 ppm, comme facteur de contribution au recul des manteaux de glace, et autres effets de réchauffement global - un parmi plusieurs facteurs qui incluaient également les cycles orbitaux, lesquels pourraient mener aux périodes glaciaires. L'interviewer a demandé si ce niveau élevé de CO2 empêchait en effet le début d'une nouvelle période glaciaire. Bonne question ! La scientifique a semblé devenir alors tout à fait embarrassée, semblant presque rejeter la question par un rire. Sa réponse était que nous ne pouvions pas dire ce que le futur apporterait au terme de ces genres de périodes à long terme de dizaines de milliers d'années.

C’est intéressant, n'est-ce pas? Depuis un certain temps, le consensus scientifique est que les activités industrielles humaines conduisent à un réchauffement global, qui est une MAUVAISE chose. Les conséquences apocalyptiques de ce changement au cours du temps sont de toute évidence prévues par des organismes internationaux et des scientifiques de premier ordre:

« Le Groupe d’experts intergouvernemental à l'ONU sur le changement climatique (IPCC) dit que des concentrations en CO2 nécessitent d’être stabilisées à 450ppm pour avoir une chance raisonnable d’éviter de dépasser un réchauffement global de 2°C, ce dépassement pouvant entrainer des conséquences catastrophiques. » (1)

Même si je crois que de mauvaises choses pourraient effectivement se produire avec l’augmentation des températures globales, je pense également qu’une considération insuffisante est donnée à la perspective alternative. Nous avons l’habitude de parler de la « fin de la dernière période glaciaire », mais en fait il n'est pas clair si les 4 millions d’années de cette époque glaciaire dont nous aurions atteint la fin sont réellement complètement arrivés à terme, ou si nous sommes simplement dans la salle d’attente géophysique de la

prochaine période glaciaire. Les changements tumultueux menant à ces périodes glaciaires sont cycliques, voire routiniers. Pour une grande partie, ils dépendent des cycles astronomiques - l'inclinaison changeante de la Terre (obliquité), la précession terrestre, ainsi que le changement d'excentricité de l'orbite elliptique de la Terre – cycles qui ont été liés aux changements significatifs de climat pour la première fois par Milutin Milankovitch dans les années ‘20. Si nous suivons ces facteurs, nous revenons actuellement vers la glace, et y avons été depuis longtemps :

 

« La sortie des conditions de période glaciaire, commençant il y a 18.000 ans, a exigé l'influence combinée de chacun des trois cycles astronomiques pour tirer la Terre vers une crête de chaleur il y a près de 6.000 ans. Les changements d'excentricité orbitale combinés avec un changement dans l'oscillation de la Terre qui a fait de juin le mois de l'approche la plus étroite au Soleil, amplifiant la chaleur des étés de l'hémisphère nord, juste à un moment où l'inclinaison de notre planète a atteint un maximum, mettant ce soleil d'été particulièrement haut dans le ciel. Depuis il y a 6.000 ans, tous ces facteurs se sont retournés, et les conditions de chaleurs estivales dans l’hémisphère nord sont devenues moins favorables. La perspective est pour un retour de glaciation dans l'hémisphère nord, sur un calendrier de milliers d'années. » (2)

Un travail scientifique récent a illustré combien nous pouvons être proche de cette perspective sinistre, au moins en termes de la nature changeante de l'orbite de la Terre autour du Soleil – l’un des cycles de Milankovitch. Actuellement, l'été nordique est à son point le plus éloigné du Soleil, un facteur qui affecte la quantité d'irradiation solaire que la terre reçoit aux latitudes où une glaciation soutenable serait déclenchée. On a avancé que le point de déclenchement aurait dû s'être produit il y a environ 200 ans, au début de la révolution industrielle, mais qu'il y a un rapport fondamental avec les niveaux atmosphériques de CO2 qui doivent également être atteints (3). En raison de l’augmentation de la teneur en CO2, même à ce moment dans l'histoire, le point de déclenchement pour la glaciation dans l’hémisphère nord a été manqué :

« Dans des circonstances normales, l'interglaciaire serait terminé, et une nouvelle période glaciaire commencerait. Ainsi, en principe, nous sommes en conditions parfaites d'un point de vue astronomique. Si nous avions une concentration en CO2 de 240 parts par million (il y a 200 ans) ensuite une période glaciaire pourrait commencer, mais heureusement nous avons eu une concentration qui était plus haute, 280ppm. « (4)

Notez le mot « heureusement ». Soudainement, le CO2 est notre sauveur. S'il n'avait pas été amené par l'activité humaine, alors, nous pourrions déjà voir se prolonger des chapeaux de glace jusqu’au sud de l'hémisphère nord. La conclusion tirée est que les augmentations des teneurs en CO2 sont susceptibles de contrebalancer un retour à un âge glaciaire pendant une période très considérable :

« Nos simulations démontrent que dans des conditions naturelles seul le système terrestre serait attendu demeurer dans l'actuel état climatique interglaciaire délicatement équilibré, orientant clairement vers une glaciation à grande échelle de l'hémisphère nord puis sa complète déglaciation, sur une exceptionnellement longue période de temps. » (3)

Il y a eu des périodes où la menace de ce genre de transition a semblé seulement trop vraie. Un autre facteur est dans les propres cycles du Soleil, qui affectent directement la quantité d'irradiation de réchauffement que la terre reçoit. Un épisode froid particulier au 17ème siècle, pendant le « Petit Age Glaciaire », en est un exemple. C’était à ce moment où le Soleil a atteint le minimum de Maunder, une période d'activité très basse des taches solaires, aboutissant alors au gel des principaux fleuves européens. Mais les scientifiques ne semblent pas avoir atteint un consensus sur l'importance globale du « Petit Age Glaciaire » (5), voire même si cet évènement devrait être classé de cette façon dans cette catégorie. On convient, cependant, qu'à partir du 19ème siècle, le réchauffement et le retrait glaciaire ont été à l'ordre du jour.

Notre compréhension de la nature complexe cyclique du Soleil n'est probablement pas encore aussi bonne qu'elle pourrait être. Il y a eu des suggestions que nous pouvons faire face à un nouveau « minimum de Maunder » dans les années 2030 (6). Ceci peut être un facteur contrebalançant la tendance plus générale de réchauffement global, menant à une baisse de la température dans l'hémisphère nord.

Ainsi, c’est comme si nous vivions sur l’arête d’une lame de couteau climatique. Il y a de multiples facteurs qui dirigent le climat de la Terre, et plusieurs d’entre eux pointent vers une future période glaciaire, à un certain moment.

L’augmentation des émissions de CO2 semblent pousser une telle perspective plus loin dans le futur que les cycles glaciaires et interglaciaires réguliers de l'Age de glace « actuel » le suggèrent.

Ce qui pourrait être compris de cette façon : Le réchauffement global créé par l’activité industrielle humaine nous empêche réellement d'être plongé dans une période glaciaire, et peut-être devrions- nous être reconnaissants pour cela. Cette façon de penser est autre que celle des PC. Le problème ici est que la Science peut parfois se comporter comme une religion ; créer des dogmes et des avis de consensus que chaque scientifique se sente obligé de suivre. Pendant que j'écoutais la scientifique à la radio mal à l’aise sous le questionnement de « bon sens », j’ai réfléchi sur ceci : Avec le prédateur médiatique reniflant l'air, la dernière chose que la scientifique recherchait était d’être séparée du troupeau.

 

Ecrit par Andy Lloyd, le 31 octobre 2016

Traduit par Francois Berguerand

  Winter is Coming 

 

Références:

1) Arthur Nelson "Carbon dioxide levels in atmosphere forecast to shatter milestone" 13th June 2016 https://www.theguardian.com/environment/2016/jun/13/carbon-dioxide-levels-in-atmosphere-forecast-to-shatter-milestone

Image 1: Concentration atmosphérique en CO2 (parties par million) au fil du temps.   Credit:  Guardian/Nature/Met Office

2) John and Mary Gribbin "Ice Age" pp88-9, Allen Lane 2001

3) A. Ganopolski et al "Critical Insolation - CO2 relation for Diagnosing Past and Future Glacial Inception" January 2016,Nature 529(7585):200-203, http://www.nature.com/articles/nature16494.epdf

4) Jonathan Amos "Carbon emissions 'postpone ice age'" 13th January 2016 http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-35307800

5) John Rafferty & Stephen Jackson "Little Ice Age (LIA)" updated 18th March 2016 https://www.britannica.com/science/Little-Ice-Age

6) Dan Hyde "Earth heading for 'mini ice age' within 15 years: Research has predicted a new solar 'Maunder minimum' in the 2030s" 11th July 2015, http://www.telegraph.co.uk/news/science/11733369/Earth-heading-for-mini-ice-age-within-15-years.html

 

'Dark Star' d'Amazon au Canada et en France: